Domaine Gérard seguin


Le Domaine
Nos vins
Notre offre
Actualités
Conatct / Accès
Page d'accueil



ACTUALITES

4 saisons à Gevrey Chambertin


Historique des 4 saisons : Historique 4 saisons

Dans cette rubrique, nous souhaitons simplement et pour chaque saison donner quelques informations de notre domaine, de ses investissements et de ses nouveautés.

L’actualité de la vigne et du vin est également évoquée,de cette façon, vous restez en contact avec la Bourgogne

   

 

 

 

       

AUTOMNE 2017

                  Après un joli printemps et un bel été, nous venons de rentrer une vendange 2017 magnifique.

La qualité est encore au rendez-vous cette année avec des grappes saines et des teneurs en sucre et en acidité très intéressantes. En fin de fermentation à la dégustation, nous avons déjà des vins très colorés et charnus avec de superbes arômes de fruits rouges et noirs, en bouche de nombreux tanins soutiennent bien le vin.

Non seulement la vendange a été de qualité mais a aussi été abondante ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses régions viticoles françaises éprouvées comme  nous l’an passé par le gel.

La vigne a, en quelque sorte, compensé naturellement mais partiellement le déficit des années précédentes : il faut remonter à 2009 pour avoir une si belle année. Cette récolte va faire du bien à l’ensemble de la profession et de la filière, en effet, les stocks sont très bas dans les caves après les petites récoltes des années passées.

 

              

 Vendanges 2017 apperçu de la qualité de la récolte

 

Passage des raisins dans l'égrappoir

Nous venons d’effectuer une partie de la mise en bouteilles des vins 2016 qui sont déjà très gourmands. Nous mettrons au printemps en bouteilles les Gevrey-Chambertin La Justice et Vieilles Vignes ainsi que les 1er Crus.

Voici les commentaires de dégustations réalisés par notre œnologue Bruno Michéa le 2 novembre 2017 :

- Bourgogne « Cuvée Gérard » : nez complexe et discret actuellement, la bouche est carrée à l’attaque, massive avec un aspect terrien.

- Bourgogne « Cuvée Chantal » : belle robe en intensité et en brillance. Nez frais de fruits noirs. Bouche élégante avec une belle finale en relief.

- Marsannay « En Batayart » : robe très brillante, nez agréable, complexe et disponible. La bouche est fine  à l’attaque, minérale en milieu, ce qui lui donne de la précision.

- Fixin « La Place » : belle robe profonde et brillante. Le nez est fruit  noir confit, chocolat, vanille, très complexe. La bouche est ronde, profonde en milieu avec une finale enrobée et persistante.

- Chambolle-Musigny « Derrière le Four » : belle robe, nez fruité et épicé, bouche fine, élégante, harmonieuse avec une finale aux tanins soyeux et persistants.

- Gevrey-Chambertin « Les Crais » : jolie robe, nez de fruits noirs, réglisse, bâton de vanille, bouche massive, sérieuse avec une belle finale précise.

- Gevrey-Chambertin « La Justice » : robe bien brillante, joli nez de fruits rouges, bouche complexe avec un milieu dense et une finale saline.

- Gevrey-Chambertin « Vieilles Vignes » : belle brillance, joli nez riche et complexe, bouche profonde, dense avec une finale en longueur et en enrobage.

- Gevrey-Chambertin « 1er Cru Craipillot » : la robe est très intense, le nez est épicé avec des notes de réglisse ; La bouche est dense, homogène.

- Gevrey-Chambertin « 1er Cru Lavaux Saint Jacques » : belle robe, nez vanillé, bouche structurée, bien présente en milieu avec une finale persistante et noble.

 

   

Mise des bouteilles sur la chaine                                                          Rinçage et remplissage des bouteilles                                                                   Mise en palette

 

                      

  Descente de la palette de vin à la cave                                                            empilage

 

                  Le millésime 2015 connait une très forte demande et de nombreuses cuvées sont déjà en rupture de stock. La faible quantité récoltée en est la cause, la notoriété du millésime aussi. La Cuvée de Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes collectionne les distinctions avec un Coup de Cœur dans la Revue des Vins de France et reçoit une Etoile au Guide Hachette 2018. La Cuvée de Gevrey-Chambertin Les Crais reçoit également une Etoile, la Cuvée de Fixin la place, quant à elle reçoit deux Etoiles. Vous retrouverez les commentaires de dégustations dans la rubrique distinctions Vins 2015 dans notre site Internet.

                  Cette année, la Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne (CAVB) a voulu créer une charte avec plusieurs objectifs :

- expliquer le métier de vigneron et réussir « le bien vivre ensemble »

- renforcer la responsabilité de chaque viticulteur dans la mise en œuvre de bonnes pratiques  d’utilisation des produits phytosanitaires

- mettre en œuvre des actions permettant de limiter les dérives de ces produits. Cette charte doit aider le viticulteur à trouver des solutions techniques, organisationnels et de communications sur les pratiques d’épandage des produits phytosanitaires. Elle doit permettre aussi d’établir un dialogue constructif et apaisé et renforcer la communication, la formation et le partage d’informations.

                  Nous devons en tant que vignerons bourguignons conserver collectivement la réputation de nos vins et de notre métier pour répondre aux questions de plus en plus nombreuses sur nos pratiques. L’objectif de cette charte est de répondre de façon unie et concertée aux attaques sociétales ; ce n’est pas une simple opération de communication et dans le même esprit, une action déjà engagée pour lutter contre la flavescence dorée en est la démonstration.

                  De nombreux viticulteurs n’ont pas attendu cette charte pour faire évoluer leurs pratiques culturales mais il est important de répondre par avance à des gens qui se complaisent à dénigrer notre profession. Cette charte a été cosignée par le préfet de Bourgogne, la Région, l’Association des Maires, la Chambre d’Agriculture, Bio Bourgogne, le BIVB et la CAVB.

 

Un matin d'Automne en Craipillot

 

                  Après les terribles orages à grêle des années précédentes, la lutte anti-grêle a été prise à bras le corps : des générateurs composés d’acétone et de iodure d’argent ont été installés dans la Côte (143 appareils pour la Bourgogne et le Beaujolais). L’Anelfa est au centre de la lutte : elle gère le système d’après des informations météo précises en envoyant des messages en cas d’alerte orages à des bénévoles chargés d’activer les générateurs.

                  L’acétone entraîne l’iodure d’argent dans les airs, les nuages sont ensemencés en noyaux qui provoquent le réchauffement et la formation de multiples petits grêlons au lieu de gros glaçons qui vont dévaster les cultures. On estime que ces générateurs font baisser de 50% le risque grêle. Une assurance, en complément, est recommandée mais il est nécessaire de discuter avec les assureurs qui encaissement les primes, payent les dégâts causés mais ne se sentent pas concernés par la prévention. Cette lutte anti grêle doit encore évoluer et est perfectible mais c’est mieux que de ne rien faire et d’attendre que l’orage massacre la récolte.

Générateur anti grêle

 

                  Dans notre rubrique précédente, nous avions abordé le problème du foncier viticole, de l’augmentation des prix et des conséquences sur la profession. Dans son édition du 28 octobre 2017, la presse locale « Le Bien public » annonçait l’achat du Clos de Tart à Morey-St-Denis pas la Famille Pinault après l’achat par Bernard Arnault en 2016 du Clos des Lambrays en Moery-St-Denis.

Le montant de l’acquisition pour les 7.5 hectares du Clos de Tart n’est pas indiqué précisément mais avoisine les 300 millions d’Euros : le calcul est simple et on peut penser que le prix de l’hectare de vigne dépasse les 35 millions d’Euros : où va la Bourgogne ? Ce prix est très loin des réalités économiques et des tarifs pratiqués par la Safer sur consultation des Syndicats d’Appellations.

Ces prix inquiètent les viticulteurs qui se demandent comment ils vont pouvoir céder leurs patrimoines à leurs enfants. Ils inquiètent aussi la filière qui redoute une concentration de grosses maisons au détriment de petites entreprises familiales à taille humaine.

Ces prix peuvent aussi inciter à la vente certains domaines qui rencontrent des difficultés après de mauvaises années ou des difficultés de successions après un décès.

Résultat de recherche d'images pour clos de tart

 

                  La profession souhaite préserver les structures familiales, hélas, avec ces exemples, nous n’en prenons pas le chemin. Nos responsables agricoles, la Région, l’Etat doivent se pencher sur le problème pour éviter que le fleuron de nos appellations disparaisse entre les mains d’investisseurs.

                  Sur ces notes tintées d’un peu de pessimisme, nous vous donnons rendez-vous à la fin de l’hiver pour vous donner de nouvelles informations sur notre belle région et sur nos vins.

                  Bonnes fêtes de fin d’année, belles dégustations et très bonne santé.

                 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PRINTEMPS ETE 2017

 

 

Depuis l’intervention de l’hiver dernier, nous avons pu constater combien la climatologie influençait notre métier. Pour revenir à l’hiver, celui-ci n’a pas été très froid mis à part la dernière quinzaine de janvier avec des températures négatives de l’ordre de -5 à -10°.

Nous avons eu peu de précipitations pluvieuses et pas de neige. La fin de l’hiver s’est achevée dans la douceur avec peu de gelées matinales.

                                                                                                     Buttage des vignes

 

Cette douceur fin mars a activé la végétation et le débourrage de la vigne a été très précoce vers le 7 avril. Les températures clémentes n’ont fait qu’accentuer la pousse de la vigne mais à partir du 20 avril les températures matinales sont redevenues négatives : nous avons relevé des -2 et -3 mais comme le sol était sec, nous n’avons pas eu de dégât dû au gel comme dans d’autres vignobles français.

La période la plus difficile à passer a été celle des derniers jours d’avril, 27, 28 et 29 avec un sol humide et des températures matinales de -1 à -3 ; des feux de paille ont été allumés pour occulter le soleil afin que la plante ne soit pas gelée. Nous avons « eu très chaud » et nous avons frôlé la catastrophe ; seuls quelques plants ont été gelés en particuliers les pieds de remplacements, mais en général pas de dégât significatif à Gevrey-Chambertin et dans la Côte de Nuits.

 

 

Depuis, la vigne ne fait que pousser et, aujourd’hui 22 juin, la fleur de vigne est passée sous une belle chaleur depuis plus de dix jours, les raisins ont atteint la taille petits pois et la fermeture de la grappe ne devrait pas tarder vu les températures caniculaires que nous subissons actuellement avoisinant les 35°.

La sortie de raisins  est belle et, sauf accident, nous pensons effectuer le début  des vendanges vers le 10 septembre. La vigne est très saine et l’absence de maladie nous facilite la tâche et nous pouvons réduire les traitements phytosanitaires. Avec cette chaleur, les conditions de travail à la vigne sont difficiles, nous avons terminé le palissage et, actuellement, nous désherbons manuellement les plants de remplacements.

 

                                                                              Parcelle des 1er Cru Lavaux St Jacques

                                                     

                                               Avant Palissage                                                                                                Après Palissage

Dès la première semaine de juillet, nous allons effectuer un effeuillage manuel côté soleil levant pour aérer les raisins, favoriser la maturité et éviter que le botrytis ne s’installe. Une fois cette tâche terminée, nous ferons des comptages de raisins pour savoir s’il est nécessaire de réaliser une vendange en vert. En effet, si la charge en fruits est trop importante, la maturité est plus difficile à atteindre et on risque d’obtenir des vins dilués.

 

 

                                                                 

                                                                                                      Rognage parcelle à Marsannay la Côte

 

 

 

Comme chaque année maintenant, nous vous proposons de prendre connaissance des commentaires de dégustations de notre œnologue Bruno Michéa concernant le millésime 2015.

 

 

- Bourgogne GERARD : robe brillante, nez centré sur les épices ; la bouche est saline et masculine

- Bourgogne CHANTAL : robe brillante, le nez est bien ouvert sur du fruit noir et rouge, la bouche est élégante et fine avec une finale gourmande

- Marsannay « EN BATAYART » : belle robe, nez boisé sur des notes de chocolat, la bouche est tendue en attaque mais le grumage révèle moins de tension

- Fixin « LA PLACE » : robe brillante et intense, nez ouvert sur un registre complexe, la bouche est puissante, concentrée avec une belle minéralité en milieu

- Chambolle-Musigny « DERRIERE LE FOUR » : belle robe, nez de réglisse et de fruits noirs, la bouche est élégante, précise avec une finale raffinée et légèrement minérale

- Gevrey-Chambertin « LES CRAIS » : nez brioché avec de la complexité, la bouche est ouverte, généreuse avec une voie rétro-nasale complexe et une finale gourmande et accessible

- Gevrey-Chambertin « LA JUSTICE » : robe également brillante, nez complexe de fruits mûrs, la bouche est précise, ample et enrobée avec une finale gourmande

- Gevrey-Chambertin « DOMAINE » : belle robe, nez dominé par des notes florales, la bouche est plus confite, plus dense en milieu avec des tanins nombreux mais élégants

- Gevrey-Chambertin « VIEILLES VIGNES » : la robe est plus intense que sur les vins précédents, le nez est complexe et discret avec cependant des notes fruitées et florales. La bouche est fine dès l’attaque, saline en milieu ce qui lui donne de la précision ; la finale est tout en puissance avec un aspect sérieux

- Gevrey-Chambertin « 1er CRU CRAIPILLOT » : robe intense et brillante, nez complexe de réglisse, vanille, brioche avec du fruit noir, bouche pleine mais dense, soyeuse avec une finale puissante et noble

- Gevrey-Chambertin « 1er CRU LAVAUX-ST-JACQUES » : nez complexe, bouche concentrée, puissante avec du raffinement, de l’élégance et de la profondeur.

Ce millésime 2015 est très prisé et malheureusement, nous ne pourrons pas répondre à toute la demande et nous en sommes désolés. De nombreuses cuvées sont déjà épuisées, merci de nous interroger avant de nous passer commandes.

 

 

                   

             Rinçage des bouteilles                                 Remplissage et bouchage des bouteilles                 Bouchage manuel des Jeroboams

 

Avec le millésime 2016 promis lui aussi à un bel avenir, on aura des quantités disponibles encore inférieures à 2015. Ce vin fait déjà l’objet de nombreuses réservations. Cette situation est très difficile à gérer et le problème se retrouve chez de nombreux collègues vignerons confrontés aux maigres récoltes 2015 et 2016.

La consommation des AOC est en augmentation et ce n’est pas fait pour arranger les choses.

Pour notre Domaine, nous sommes obligés de donner des allocations à la baisse à tous nos clients et, en particuliers, aux opportunistes qui sont attirés par la notoriété des 2015 et 2016 et qui savent nous bouder d’autres années.

Les prix du foncier viticole ne baissent pas en Bourgogne. Dans la presse locale du 4 mars 2017 « Le Bien public », l’explosion du prix des vignes est soulignée. Pour Gevrey-Chambertin, les tarifs SAFER ont augmenté, en moyenne entre 2015 et 2017 de 23%.

La SAFER (Société d’Aménagements Fonciers et d’Etablissement Rural) est là justement pour éviter une inflation des prix et lutter contre l’accaparement des vignes par des investisseurs fonciers. Ces prérogatives viennent d’être élargies. Cette augmentation des prix n’est pas sans poser de problèmes :

- les droits de successions suivent la courbe ascendante des prix et l’addition est souvent très lourde

- dans une exploitation où les partages n’ont pas été faits entre héritiers, la situation est très vite conflictuelle, pour les héritiers vignerons successeurs, le tarif est déjà trop élevé mais pour les héritiers non vignerons, c’est le contraire, le tarif n’est jamais assez élevé et souvent, ils sont séduits par des offres mirobolantes émanant d’investisseurs peu scrupuleux.

- il se pose alors le problème de la rentabilité vu les prix exorbitants pratiqués en particuliers pour les Grands Crus (5.5 millions d’Euros l’hectare, statistiques SAFER)

Cette flambée des prix a pour conséquence la disparition de nombreuses petites exploitations chaque année. Les viticulteurs en place ont beaucoup de difficultés à payer les soultes  aux divers héritiers. Ils  viennent d’être confrontés à plusieurs années de petites récoltes et doivent régler des fermages en hausse, eux aussi de façon très significative.

Il ne faut pas s’étonner alors que les vignerons soient tentés, eux aussi de vendre leurs exploitations. A terme, on pourrait arriver à une concentration de grands domaines avec des produits élitistes guidés par des impératifs économiques et éloignés des critères qualitatifs.

L’image de notre terroir pourrait très vite se retrouver ternie par cette évolution.

Nous espérons vivement que nous n’en arriverons pas là et que l’exploitation familiale traditionnelle survivra, la Bourgogne continuera alors d’offrir des vins de terroir dignes de leurs  appellations.

Nous vous souhaitons un bel été, de bonnes vacances agrémentées d’excellentes dégustations (avec modération) et nous reviendrons vers vous dès la fin des vendanges 2017. 

Le mur qui soutient le chemin de Planteligone le long de notre parcelle de Gevrey-Chambertin 1er Cru Craipillot a été rénové durant l'hiver avec un résultat brillant.

 

 

 

 

 
 
 



Domaine Gérard Seguin - 11 / 15 rue de l’Aumonerie - 21220 Gevrey Chambertin - Tél : 03 80 34 38 72 - Fax : 03 80 34 17 41 - Email : domaine.gerard.seguin@wanadoo.fr
  L’abus d’alcool est dansgereux pour la santé - consommez avec modération