Domaine Gérard seguin


Le Domaine
Nos vins
Notre offre
Actualités
Conatct / Accès
Page d'accueil



ACTUALITES

4 saisons à Gevrey Chambertin


Historique des 4 saisons : Historique 4 saisons

Dans cette rubrique, nous souhaitons simplement et pour chaque saison donner quelques informations de notre domaine, de ses investissements et de ses nouveautés.

L’actualité de la vigne et du vin est également évoquée,de cette façon, vous restez en contact avec la Bourgogne

   

Vidéo sur les travaux de la vigne :watch?v=bShtRIRWaTA

 

 

 

Automne 2018

 

Nous nous sommes quittés à la veille des vendanges 2018 sur lesquels nous reviendrons à la fin de cette rubrique.

Nous avons effectués la mise en bouteille des vins 2017 sauf les Gevrey-Chambertin Vielles-Vignes et les 1er Cru les 5,6,7 novembre.

Voici les commentaires de dégustations :

Bourgogne Chantal :

Robe brillante. Nez très fruité. Bouche gourmande, enrobée avec de la chair en finale.

Bourgogne Gérard :

La robe est bien brillante. Le nez est sur des notes de fruits noirs et d’épices. La bouche est complète, profonde avec une belle finale.

Marsannay :

Robe brillante. Nez de fruits noirs avec des notes de vanille. La bouche est très précise avec une finale aux tanins agréables.

Fixin :

Belle robe, nez de petit fruit rouge. La bouche est minérale, ce qui lui donne un caractère aérien.

Chambolle-Musigny :

La robe est brillante. Nez dominé par le fruit noir et réglisse. Bouche pleine dès l’attaque, enrobée, avec du fond, de l’élégance et de la persistance.

Gevrey-Chambertin Les Crais :

Nez fruité et iodé. La bouche est saline, ce qui donne de l’appétence à ce vin. La finale est fine et gourmande.

Gevrey-Chambertin La Justice :

Le nez révèle de la pivoine. La bouche est en relief avec une belle profondeur et une finale persistante enrobée.

Gevrey-Chambertin Terroir du Domaine :

Robe brillante et intense. Le nez est ouvert et délicat, complexe dominé par les épices.  La bouche est ample dès l’attaque, généreuse, complexe par voie rétronasale avec une finale persistante.

Gevrey-Chambertin Vieilles-Vignes :

Belle robe. Le nez est ouvert, centré sur le fuit noir. La bouche est concentrée, dense en milieu, avec une finale complexe et longue.

Gevrey-Chambertin 1er Cru Craipillot :

Belle couleur brillante. Le nez est dominé par le chocolat noir. La bouche est ample, dense, avec de la minéralité, de la précision et de la structure.

Gevrey-Chambertin 1er Cru Lavaux St Jacques :

Belle robe brillante. Nez discrète mais riche. La bouche est complexe, confite, avec une finale enrobée et persistante.

 

 

 

   

PRINTEMPS-ETE 2018

 

Depuis notre intervention du mois de mars, la vigne nous a laissé peu de temps pour vous informer des nouvelles du Domaine. Nous voici aujourd’hui 29 août à quelques jours des vendanges qui vont commencer le 3 septembre.

Avec le réchauffement climatique et il faudra s’y habituer, la vigne a débourré avec précocité. Un climat chaud et humide a permis à la vigne de se réveiller, les premiers bourgeons se sont ouverts dès le 20 avril avec des températures de l’ordre de 28°, nous avions déjà cinq feuilles étalées le 27 avril.

 

    

                                                                    plant repiqué cette année

 

La nature a été très généreuse avec une très belle sortie de raisins : il a été nécessaire de pratiquer un ébourgeonnage important (suppression des doubles bourgeons sur la baguette) pour éviter d’avoir un trop grand nombre de raisins sur chaque pied.

La fleur de vigne est passée entre le 26 mai et le 5 juin, c’est-à-dire très tôt. Les orages ont apporté beaucoup de précipitations la deuxième semaine de juin (près de 100 mm) et nous ont contrariés dans nos activités.

La grêle n’a fait heureusement chez nous aucun dégât.

La fin juin a été très ensoleillée et chaude avec des températures supérieures à 28°
Comme chaque année maintenant, pour favoriser la maturation et l’état phytosanitaire, nous avons pratiqué un effeuillage au niveau des grappes du côté soleil levant. Les feuilles du couchant sont préservées pour ombrer les raisins.

 

                      

                                                                   Plant de l'année                                         Parcelle de Gevrey Craipillot 1er cru rognée et labourée

 

Une fois cette tâche terminée, en plus des labourages (sept cette année), des sulfatages (neuf cette année), des rognages (cinq cette année), nous avons effectué un comptage de raisins qui nous a montré qu’il était nécessaire de pratiquer, malgré l’ébourgeonnage du printemps, des vendanges en vert. En effet, on pouvait compter jusqu’à quinze raisins sur certains pieds, ce qui est excessif si l’on veut obtenir une récolte de qualité.

Merci à Amandine, Alije, Laurie, Pascal, Camille et Damien qui ont effectué cette tâche courageusement durant près de trois semaines pendant la période de canicule de juillet.

Pour éviter d’abîmer les raisins et ne pas travailler pendant la forte chaleur, ils commençaient à partir de 6 h 00 le matin jusqu’à 13 h 00.

On s’aperçoit aujourd’hui, à quelques jours de la récolte, de l’importance de cette vendange en vert, quand on analyse le raisin avec le réfractomètre qui nous indique les teneurs en sucre : une différence de 2° est constatée avec les vignes où cette pratique n’a pas été exécutée, les résultats vin fini confirmeront ces données.

 

                    

                                                 Enjambeur avec inter cep                                                                               Parcelle de Fixin

 

 

A la veille des vendanges, les vignes de notre Domaine sont dans un excellent état phytosanitaire. Les paramètres des parcelles de références du BIVB indiquent des teneurs en sucre de plus de 210g/litre (18 g/litre de sucre = 1°).

Le PH est mesuré à 3.25 avec un taux d’acide malique en chute libre (2.4)  lié aux conditions climatiques et aux fortes chaleurs. Nous avons connu plus de 40 jours de chaleur supérieure à 28° en juillet et en août.

 

Tout indique donc que nous nous acheminons vers un superbe millésime, il faudra toutefois être vigilant en fin de cuvaison car les fermentations malolactiques risquent de s’enclencher très rapidement vu les faibles teneurs en acide malique.

Il ne reste plus qu’à espérer que le beau temps nous accompagnera pendant la récolte.

L’édition 2018 des Grands Jours de Bourgogne mi-mars a été un succès pour notre Domaine : en plus de rencontrer nos importateurs et distributeurs cavistes habituels,  nous avons fait connaissance avec de nouveaux professionnels intéressés par notre production.

A cette occasion, faute de pouvoir présenter des 2016 en rupture de stock, nous avions présenté le millésime 2017 qui a séduit nombre de dégustateurs et nous avons enregistré déjà des réservations pour ces vins.

A propos du millésime 2017 qui poursuit son élevage, nous effectuerons une partie de la mise en bouteilles de celui-ci, la semaine du 5 au 9 novembre 2018. Les cuvées de Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes et les 1er Cru Craipillot et Lavaux, quant à elles seront embouteillées fin février, début mars.

Dans l’ensemble, tous les 2017 sont des vins très gourmands, fruités avec de jolis tanins et une belle longueur en bouche.

On pourra les déguster jeunes ou attendre quelques années pour les cuvées de Vieilles Vignes et de 1er Cru.

Après les vendanges, dans notre prochaine intervention, nous vous donnerons les commentaires de dégustations pour chaque cuvée.

Avec ce millésime, nous ne serons pas pénalisés en quantité comme avec le millésime 2016 pour lequel nous avons dû rationner tous nos clients.

Les stocks de vin 2016 sont en effet au plus bas et nous vous conseillons vivement de réserver si ce n’est déjà fait. Les cuvées 2017 mises en bouteilles début novembre seront disponibles à la vente pour la fin de l’année.

 

 

                      

                            Grands Jours de Bourgogne Salon des Jeunes Talents 2018                                               "  A la Une de la RVF ! "

 

 

Le Guide Hachette 2019 qui paraîtra début septembre nous a avertis que notre Domaine figurait au palmarès.

Le Fixin « La Place » est distingué avec une Etoile

Le Gevrey-Chambertin « Vieilles Vignes » est distingué avec une Etoile.

Nous figurons aussi en page de couverture de la Revue des Vins de France de septembre 2018 qui a élu notre Gevrey-Chambertin « Vieilles Vignes » 2016 Coup de Cœur : cette cuvée est qualifiée de valeur sûre, de vin mûr, subtile et aérien, et souligné par une belle trame tanique avec 5 Etoiles.

Ces distinctions récompensent notre travail et nous encourage à poursuivre les objectifs qualitatifs que nous nous fixons chaque année tant à la vigne qu’à la cave.

 

Notre Domaine a toujours accordé de l’importance à la présentation et à l’habillage de ses bouteilles.

L’Imprimerie INESSENS nous a proposé de revoir la présentation de notre étiquette en utilisant des moyens modernes : nous n’avons pas modifié l’étiquette en profondeur mais l’utilisation de la dorure galbe en pointe de diamant a enrichi notre logo et le nom du Domaine ; le résultat séduit déjà tous les clients qui l’on déjà vu. Vous pourrez prendre connaissance des modifications pour chaque cuvée en consultant notre site internet où les bouteilles nouvellement habillées seront photographiées.

  

                                                                               Nouvelle étiquette                                 Nouvelle et ancienne étiquettes

 

Cette étiquette sera désormais accompagnée d’une contre-étiquette reprenant toutes les normes obligatoires. Elle habillera toutes nos bouteilles à partir du millésime 2017.

Les vendanges ont déjà commencé dans la Côte de Beaune pour les crémants. Le Pinot noir et le Chardonnay arrivent à maturité et sont récoltés cette semaine dans cette région. En Côte de Nuits, bon nombre de collègues vont commencer les vendanges samedi 1er septembre et la semaine prochaine, la quasi-totalité des domaines récoltera le millésime 2018 qui semble déjà très prometteur en particuliers pour les parcelles dont la charge a été contrôlée.

La région connaît pour ces vendanges des problèmes de main d’œuvre en raison de la reprise universitaire qui aura lieu début septembre.

On assiste en outre, après un développement intensif des vendanges mécaniques à un retour en arrière au profit des vendanges manuelles. La vendange mécanique, malgré ses nombreux avantages ne correspond pas au profil qualitatif recherché en Bourgogne. De nombreuses exploitations viticoles ont abandonné cette méthode et se sont orientées vers des prestataires de services qui fournissent une main d’œuvre saisonnière : les tâches administratives sont simplifiées mais la vigilance doit être importante quant aux salariés proposés.

En ce qui concerne notre Domaine, nous allons effectuer cette vendange avec une équipe d’habitués complétée par des étudiants et des demandeurs d’emplois.

Nous reviendrons vers vous après les vendanges et la vinification qui devraient nous occuper jusqu’à la mi-octobre avec un travail intensif mais oh combien passionnant !

A bientôt et à votre santé.

     

                                                                                                                              HIVER 2018

Le président Emmanuel Macron a confié boire du vin midi et soir et a assuré qu’il n’y aurait pas d’amendement pour durcir la Loi Evin. C’est une très bonne nouvelle pour la population viticole et la filière. Cependant, un groupe de médecins répond au Président dans une Tribune publiée dans le Figaro du 5 mars. Les neuf médecins indiquent que c’est la quantité d’alcool bue qui est toxique et demandent aux élus d’adopter un plan national « Alcool ». Il note que l’alcool serait responsable de la mort de 50 000 personnes par an et que le vin représente 60% de la consommation d’alcool.

Les ¾ de la population consomment moins de deux verres par jour, mais le reste boit 75% de l’alcool consommé en France. Aucune étude précise n’est fournie pour étayer cet article ; on notera cependant un paradoxe : l’âge de la mortalité augmente d’année en année,  les habitudes alimentaires n’ont pas beaucoup évoluées et la population aime toujours à savourer un bon verre de vin.

                  L’alcool permettrait de vivre au-delà de 90 ans ; le plus vieil homme de la planète décédé récemment à l’âge de 113 ans buvait un verre de vin rouge tous les jours. Jeanne Calmant jusqu’à sa mort à 122 ans n’oubliait jamais de boire son petit verre de Porto quotidien.

                  Une étude menée par l’Université de Californie a démontré dans ses recherches, que boire deux verres de vin ou de bière par jour augmentait nos chances de vivre plus longtemps de 18%.
Plus surprenant, l’alcool aurait un effet plus bénéfique sur la longévité que l’exercice physique, mais faire 45 minutes de sport quotidien diminue les risques de mort prématurée de 11% chez les personnes de plus de 90 ans.

                  En conclusion, cette étude montre qu’une consommation modérée d’alcool améliore la longévité : «  alors allons boire un petit coup ».

                                                                

 

                  Nous sommes début mars et l’hiver se termine dans deux semaines sur le calendrier mais en sera-t-il de même dans la réalité ? Dans l’ensemble, nous avons connu depuis notre dernière intervention en novembre un hiver très pluvieux comme partout en France avec des précipitations qui ont battu des records  depuis mi-novembre jusqu’à la période de gel de mi-février. Nous n’avons jamais pu rentrer dans les vignes avec les enjambeurs sans prendre le risque de s’enliser.

                                                                                          

 

                  Les gelées ont été quasi inexistantes à part la période de froid de fin février avec des températures jusqu’à moins 12° qui s’est achevée par un épisode neigeux de 8 centimètres le

1er mars. Ces intempéries n’ont pas facilité la tâche dans les vignes où bottes et imperméables étaient indispensables tous les jours.

 

                  Cette année est la première depuis 25 ans où nous ne pouvons pas butter les vignes ; aucune période n’a été favorable pour effectuer du bon travail sans tasser les sols. Nous espérons que la fin du mois de mars sera plus propice et que nous pourrons réaliser un griffage en profondeur pour décompacter le sol.

                  Actuellement, nous effectuons la taille définitive qui devrait être achevée avant la fin mars.

Suivront ensuite les réparations des piquets et fils de fer, les replantations et le liage  des baguettes et, si la  météo le permet, le labourage.

                  En même temps, nous devrons préparer les commandes de nos importateurs pressés de recevoir le millésime 2016.

                                                                                         

                                                                                                               Buttage des vignes en hiver

                  Nous sommes confrontés de plus en plus au dépérissement des jeunes plants repiqués il y a 7 ou 8 ans dont le porte greffe est le 161.49.

                  Ces plants, visiblement, ne résistent pas au réchauffement climatique et fanent au bout de

quelques années. Maintenant, nous remplaçons ces plants avec le porte greffe 3309 plus adapté à la sécheresse : pour résumer, nous reproduisons, à l’identique, le travail déjà effectué il y a 7 ou 8 ans.

C’est loin d’être une économie, car en plus du travail nécessaire, ces pieds de vigne ont été improductifs durant toute cette période.

 

                                                                                         

                                                                                                              Forage des trous à la tarrière                                                                          Epandage de l'Engrais

                 

                  Chacun de nous a entendu parler dans les médias du glyphosate  plus communément appelé Roundup. A titre personnel, c’est un produit que nous avons employé sur des tâches de liseron récalcitrantes au passage de la charrue. Depuis 18 ans, nous avons abandonné cette méthode et avons opté pour les désherbages mécaniques avec des inter ceps à palpeurs hydrauliques.

Le temps de passage avec ces charrues est important et d’environ 35 heures pour tout le domaine. Nous devons intervenir au moins trois fois dans l’année mais, auparavant, le sol doit être préparé avec des charrues différentes (débuttoirs, griffes, raclettes).

 

                                                                                                       

                                                                                                   Petits plants protégés par des marcottes avec indication de l'année de plantation par couleur

 

 

 

                  Une protection des jeunes plants par des marcottes  doit être installée afin d’éviter leur endommagement. Au total, nous effectuons avec le buttage, huit passages de charrue par an : inutile donc de comparer le désherbage chimique qui demande très peu de temps et de moyen avec le désherbage mécanique.

                  Avec les charrues, le sol doit être sec pour faire du bon travail, c’est dire qu’il ne faut pas rêvasser quand le soleil brille. En sol humide, on a le risque de propager des maladies comme le mildiou. Vers la fin juillet, au début de la véraison, mieux vaux arrêter le travail du sol afin d’éviter les risques de brûlure sur les raisins. Un peu d’herbe ne nuit pas ensuite car, au contraire, pendant les vendanges, on a l’impression de travailler sur un sol presque propre quand le mouron a poussé.

    Résultat de recherche d'images pour interceps vigne boisselet

                                                                                    Enjambeur équipé avec griffes

                                                                                                                                                                                                            inter ceps hydraulique avec palpeur montés après le griffage sur l'enjambeur

 

                  Comme prévu, nous avons effectué la mise en bouteilles des dernières cuvées 2016 le

12 février 2018. Les vins sont à la hauteur de nos attentes : l’élevage un peu plus long a été bénéfique à toutes les cuvées. La qualité est surprenante avec de belles robes sombres, une attaque en bouche séduisante avec de beaux fruits rouges et noirs, un milieu plein et dense et une finale longue et gourmande.

                  Nous sommes en face d’un grand millésime qui était inattendu si on se rappelle de l’épisode de gel que nous avons connu le 27 avril 2016. Le gros problème posé par ce millésime est la quantité disponible qui est bien faible et nous avons dû rationner tous nos clients pour en contenter le maximum ; moins 40% de récolte ne permet pas de servir tout le monde malgré la meilleure des bonnes volontés.

                  Comme pour le millésime 2015, une partie de nos clients et les retardataires en particuliers ne seront pas servis et nous comptons sur la compréhension de ceux-ci.

                  Ils pourront en outre découvrir en fin d’année le millésime 2017 : ces vins poursuivent leur élevage en fûts, une partie des cuvées a terminé la fermentation Malo lactique et, nous pensons  que dès que la cave se réchauffera un peu, cette deuxième fermentation se terminera.

                  A la dégustation, le millésime 2017 est étonnant pas sa fraîcheur aromatique, sa belle robe sombre, sa puissance et de superbes tanins. Nous en reparlerons plus tard, mais la Bourgogne a beaucoup de chance avec ce millésime qui est très prometteur et dont le volume récolté a remis un peu de baume au cœur dans des caves bien vides après 2015 et 2016.

 

                           

 

                  Du 11 au 17 mars, auront lieu les Grands Jours de Bourgogne : tous les professionnels du vin du monde entier sont conviés à cette manifestation pour découvrir les derniers millésimes produits en Bourgogne. Jérôme présentera nos vins au Salon des Jeunes Talents à Mercurey le jeudi

15 mars  et nous ferons de même le vendredi 16 mars 2018 à Gevrey-Chambertin. D’avance, nous souhaitons la bienvenue à tous nos clients et un bon séjour en Bourgogne pendant cette semaine des Grands Jours.

                               Résultat de recherche d'images pour grands jours de bourgogne 2018                     

 

                  Nous espérons que la fin de l’hiver sera clémente et que les risques de gel ne viendront pas nous donner des insomnies fin avril ou début mai si la vigne venait à débourrer de façon précoce.

                  Bon printemps à tous et belles escapades dans les régions viticoles.

 

 

 

                                                                                                          

 

 

 

 

 

 

AUTOMNE 2017

                  Après un joli printemps et un bel été, nous venons de rentrer une vendange 2017 magnifique.

La qualité est encore au rendez-vous cette année avec des grappes saines et des teneurs en sucre et en acidité très intéressantes. En fin de fermentation à la dégustation, nous avons déjà des vins très colorés et charnus avec de superbes arômes de fruits rouges et noirs, en bouche de nombreux tanins soutiennent bien le vin.

Non seulement la vendange a été de qualité mais a aussi été abondante ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses régions viticoles françaises éprouvées comme  nous l’an passé par le gel.

La vigne a, en quelque sorte, compensé naturellement mais partiellement le déficit des années précédentes : il faut remonter à 2009 pour avoir une si belle année. Cette récolte va faire du bien à l’ensemble de la profession et de la filière, en effet, les stocks sont très bas dans les caves après les petites récoltes des années passées.

 

              

 Vendanges 2017 apperçu de la qualité de la récolte

 

Passage des raisins dans l'égrappoir

Nous venons d’effectuer une partie de la mise en bouteilles des vins 2016 qui sont déjà très gourmands. Nous mettrons au printemps en bouteilles les Gevrey-Chambertin La Justice et Vieilles Vignes ainsi que les 1er Crus.

Voici les commentaires de dégustations réalisés par notre œnologue Bruno Michéa le 2 novembre 2017 :

- Bourgogne « Cuvée Gérard » : nez complexe et discret actuellement, la bouche est carrée à l’attaque, massive avec un aspect terrien.

- Bourgogne « Cuvée Chantal » : belle robe en intensité et en brillance. Nez frais de fruits noirs. Bouche élégante avec une belle finale en relief.

- Marsannay « En Batayart » : robe très brillante, nez agréable, complexe et disponible. La bouche est fine  à l’attaque, minérale en milieu, ce qui lui donne de la précision.

- Fixin « La Place » : belle robe profonde et brillante. Le nez est fruit  noir confit, chocolat, vanille, très complexe. La bouche est ronde, profonde en milieu avec une finale enrobée et persistante.

- Chambolle-Musigny « Derrière le Four » : belle robe, nez fruité et épicé, bouche fine, élégante, harmonieuse avec une finale aux tanins soyeux et persistants.

- Gevrey-Chambertin « Les Crais » : jolie robe, nez de fruits noirs, réglisse, bâton de vanille, bouche massive, sérieuse avec une belle finale précise.

- Gevrey-Chambertin « La Justice » : robe bien brillante, joli nez de fruits rouges, bouche complexe avec un milieu dense et une finale saline.

- Gevrey-Chambertin « Vieilles Vignes » : belle brillance, joli nez riche et complexe, bouche profonde, dense avec une finale en longueur et en enrobage.

- Gevrey-Chambertin « 1er Cru Craipillot » : la robe est très intense, le nez est épicé avec des notes de réglisse ; La bouche est dense, homogène.

- Gevrey-Chambertin « 1er Cru Lavaux Saint Jacques » : belle robe, nez vanillé, bouche structurée, bien présente en milieu avec une finale persistante et noble.

 

   

Mise des bouteilles sur la chaine                                                          Rinçage et remplissage des bouteilles                                                                   Mise en palette

 

                      

  Descente de la palette de vin à la cave                                                            empilage

 

                  Le millésime 2015 connait une très forte demande et de nombreuses cuvées sont déjà en rupture de stock. La faible quantité récoltée en est la cause, la notoriété du millésime aussi. La Cuvée de Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes collectionne les distinctions avec un Coup de Cœur dans la Revue des Vins de France et reçoit une Etoile au Guide Hachette 2018. La Cuvée de Gevrey-Chambertin Les Crais reçoit également une Etoile, la Cuvée de Fixin la place, quant à elle reçoit deux Etoiles. Vous retrouverez les commentaires de dégustations dans la rubrique distinctions Vins 2015 dans notre site Internet.

                  Cette année, la Confédération des Appellations et des Vignerons de Bourgogne (CAVB) a voulu créer une charte avec plusieurs objectifs :

- expliquer le métier de vigneron et réussir « le bien vivre ensemble »

- renforcer la responsabilité de chaque viticulteur dans la mise en œuvre de bonnes pratiques  d’utilisation des produits phytosanitaires

- mettre en œuvre des actions permettant de limiter les dérives de ces produits. Cette charte doit aider le viticulteur à trouver des solutions techniques, organisationnels et de communications sur les pratiques d’épandage des produits phytosanitaires. Elle doit permettre aussi d’établir un dialogue constructif et apaisé et renforcer la communication, la formation et le partage d’informations.

                  Nous devons en tant que vignerons bourguignons conserver collectivement la réputation de nos vins et de notre métier pour répondre aux questions de plus en plus nombreuses sur nos pratiques. L’objectif de cette charte est de répondre de façon unie et concertée aux attaques sociétales ; ce n’est pas une simple opération de communication et dans le même esprit, une action déjà engagée pour lutter contre la flavescence dorée en est la démonstration.

                  De nombreux viticulteurs n’ont pas attendu cette charte pour faire évoluer leurs pratiques culturales mais il est important de répondre par avance à des gens qui se complaisent à dénigrer notre profession. Cette charte a été cosignée par le préfet de Bourgogne, la Région, l’Association des Maires, la Chambre d’Agriculture, Bio Bourgogne, le BIVB et la CAVB.

 

Un matin d'Automne en Craipillot

 

                  Après les terribles orages à grêle des années précédentes, la lutte anti-grêle a été prise à bras le corps : des générateurs composés d’acétone et de iodure d’argent ont été installés dans la Côte (143 appareils pour la Bourgogne et le Beaujolais). L’Anelfa est au centre de la lutte : elle gère le système d’après des informations météo précises en envoyant des messages en cas d’alerte orages à des bénévoles chargés d’activer les générateurs.

                  L’acétone entraîne l’iodure d’argent dans les airs, les nuages sont ensemencés en noyaux qui provoquent le réchauffement et la formation de multiples petits grêlons au lieu de gros glaçons qui vont dévaster les cultures. On estime que ces générateurs font baisser de 50% le risque grêle. Une assurance, en complément, est recommandée mais il est nécessaire de discuter avec les assureurs qui encaissement les primes, payent les dégâts causés mais ne se sentent pas concernés par la prévention. Cette lutte anti grêle doit encore évoluer et est perfectible mais c’est mieux que de ne rien faire et d’attendre que l’orage massacre la récolte.

Générateur anti grêle

 

                  Dans notre rubrique précédente, nous avions abordé le problème du foncier viticole, de l’augmentation des prix et des conséquences sur la profession. Dans son édition du 28 octobre 2017, la presse locale « Le Bien public » annonçait l’achat du Clos de Tart à Morey-St-Denis pas la Famille Pinault après l’achat par Bernard Arnault en 2016 du Clos des Lambrays en Moery-St-Denis.

Le montant de l’acquisition pour les 7.5 hectares du Clos de Tart n’est pas indiqué précisément mais avoisine les 300 millions d’Euros : le calcul est simple et on peut penser que le prix de l’hectare de vigne dépasse les 35 millions d’Euros : où va la Bourgogne ? Ce prix est très loin des réalités économiques et des tarifs pratiqués par la Safer sur consultation des Syndicats d’Appellations.

Ces prix inquiètent les viticulteurs qui se demandent comment ils vont pouvoir céder leurs patrimoines à leurs enfants. Ils inquiètent aussi la filière qui redoute une concentration de grosses maisons au détriment de petites entreprises familiales à taille humaine.

Ces prix peuvent aussi inciter à la vente certains domaines qui rencontrent des difficultés après de mauvaises années ou des difficultés de successions après un décès.

Résultat de recherche d'images pour clos de tart

 

                  La profession souhaite préserver les structures familiales, hélas, avec ces exemples, nous n’en prenons pas le chemin. Nos responsables agricoles, la Région, l’Etat doivent se pencher sur le problème pour éviter que le fleuron de nos appellations disparaisse entre les mains d’investisseurs.

                  Sur ces notes tintées d’un peu de pessimisme, nous vous donnons rendez-vous à la fin de l’hiver pour vous donner de nouvelles informations sur notre belle région et sur nos vins.

                  Bonnes fêtes de fin d’année, belles dégustations et très bonne santé.

                 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 



Domaine Gérard Seguin - 11 / 15 rue de l’Aumonerie - 21220 Gevrey Chambertin - Tél : 03 80 34 38 72 - Fax : 03 80 34 17 41 - Email : domaine.gerard.seguin@wanadoo.fr
  L’abus d’alcool est dansgereux pour la santé - consommez avec modération